Depuis plus d'un an, la dernière de mes filles (5 ans bientôt) voit une orthophoniste qui la soupçonne depuis le débuts d'être précoce. Franchement, oui, ma fille est précoce. Elle a marché à 8 mois, était propre à 2 ans, etc.... mais à côté de ça, elle voit une orthophoniste car elle n'arrive pas à prononcer les "r", avait un début de bégaiement, dit très mal les "ch". A l'école elle ne veut pas rester les après-midis.... Donc oui, elle est précoce sur certains points, moins sur d'autres, et alors ???? Je m'en foutais pour être honnête. J'étais juste contente qu'elle me fasse cette remarque, et puis basta. Je n'allai pas aller voir une psy pour confirmer sa théorie d'enfant précoce...
Seulement, voilà. Rentrée 2016, tout est ok, si ce n'est qu'on a mis ma miss dans une MS. Ce n'est pas que, mais elle ne veut pas rester les après-midi pour la sieste. L'année dernière ça a été terrible, et cette année re-belote ! Alors non, je ne veux pas reproduire le même schéma. Je me disais que si elle avait été en MS/GS, ça aurait été différent. Mais l'année dernière j'étais montrée du doigt, celle qui récupère sa fille l'après-midi. Et cette année, ça recommence. Des petites suggestions, gentilles, mais quand même mentionnées, et c'est pesant. Pas de solutions, pas d'aide et pas de compréhension. J'étais en pleure un jour chez l'orthophoniste, parce que, c'est dur. Je vis quasiment en mère célibataire toute la semaine. Je gère les filles seule la plupart du temps, et supporter en plus cet état de choses... faut le vivre pour comprendre. Et donc, lorsque j'avais mentionné l'idée de la mettre en MS/GS, on m'avait gentiment dit que je n'avais rien à demander. En début d'année, j'ai demandé comment ça se passait pour les GS, et là encore, on m'a dit que c'était identique avec les MS. Et là, j'ai vu rouge, mais rouge de chez rouge !!! L'autre, il se fout de moi ou quoi ?? Il me prend pour une cruche ? Il veut me faire croire qu'on fait faire la sieste aux GS ??? Alors là, non non et non !!!!
Après un rdv avec l'orthophoniste pour faire le point, elle me re-bassine avec ce terme, "elle est précoce, ce serait bien de la faire tester". Et là, "illumination". Ok, j'y vais, et si c'est le cas, on va faire ce qu'il faut pour que ma fille puisse passer une journée entière à l'école sans être obligé de faire la sieste !!!!
(précision, entre temps, j'ai mené une petite investigation, et on ne m'a pas menti, on oblige toujours les petits, même en grande section à faire la sieste, alors, encore plus en panique et plus motivée, il faut que j'agisse, parce que mon petit piment fait de vraies crises d'angoisses pour ça. Ca commence le soir, continue le matin, et ça arrive même qu'elle se réveille la nuit à cause de ça. Donc, je la récupère en fait, c'est plus simple pour le moment).
Alors voilà, j'ai pris ce rdv, et j'ai eu le premier entretien, seule, pour découvrir de quoi il s'agissait.... Eh bien, en sortant, j'étais bouleversée !!! J'étais soulagée, impatiente, rassurée !!!
Soulagée d'avoir des réponses, des explications, de me dire que toutes ces incompréhensions ou je me disais que j'étais une mauvaise mère, que je faisais mal les choses vues la réaction de mes enfants, trouvent là une explication rationnelle et logique, et qu'en plus, ce n'est pas de ma faute.
Impatiente, impatiente d'avoir la confirmation et d'en apprendre encore plus sur le sujet.
Rassurée, oui, car je suis entendue, j'entrevoie une porte de sortie, de l'aide et peut-être même des solutions. Et ceci non pas pour la petite, mais aussi pour la grande et leur soeur. Elles vont passer les tests toutes les 3. On commence aujourd'hui pour la grande. L'aînée étant ma priorité vue les soucis et les épreuves qu'elle a traversé ces derniers mois. On suivra avec la plus jeune et la cadette. Et enfin on fera le point.

Je vais détailler un peu plus le sujet sur ce qu'est un enfant HP avec ce que j'ai pu apprendre et retenir. (Je ne suis pas une experte, c'est ce que je retiens, ni plus, ni moins, quelques notes prises de documents au hasard et qui reflètent ce que je vis avec mes enfants)

On parle généralement de douance, surdouement, enfant à haut potentiel (HP) ou EHPI (enfant à haut potentiel intellectuel. On parle aussi de zèbres, ou APIE Atypique Personne dans l'Intellect et l'Emotion. Et en anglais "gifted".
Voilà, tous ces termes, peut-être en avez-vous déjà entendu parler, tous ces termes pour désigner une certaine catégorie d'enfants. Le soucis c'est que chaque terme "emprisonne" l'enfant dans une certaine catégorie, souvent étiquetée et pleine de préjugée.
Par ce que j'ai commencé à apprendre et à découvrir, je vais essayer de vous résumer ça.

Un EHP n'utilise pas son cerveau comme tout le monde. C'est prouvé scientifiquement par des IRM et autres examens médicaux. Ces enfants traitent les informations avec leur hémisphère droit au lieu du gauche, siège des émotions, de la créativité, de l'intuition. Il va synthétiser les informations simultanément et globalement au lieu de les décomposer ou de les traiter de manière séquentielle.
L'EHP a un développement sensori-moteur plus précoce : fixation très tôt du regard, tenue du dos, maîtrise des membres, marche...
Il a aussi une grande capacité d'empathie. Les émotions interviennent TOUJOURS dans chaque tâche et sont exacerbées.
On parle aussi d'hypersensibilité (pouce tard, doudou, contact physique...) Ils ont besoin d'une sécurité affective pour s'investir intellectuellement, d'où souvent des résultats scolaires en dents de scie suivant leur rapport avec les instituteurs ou professeurs.
Ils sont très sensibles, plus que les autres enfants. On les perçoit comme hyperactifs, ou à la limite car ils ont un besoin constant de bouger et faire plusieurs choses à la fois.
Ils sont également souvent perçus comme insolents alors que pour lui "toute vérité est bonne à dire."
Ils ont de grandes capacités de créativité, ce qui les entraînent souvent dans une forme de dérive, et à l'école dans des hors sujets.
Ils ont une capacité de mémorisation exceptionnelle (et des souvenirs de la petite enfance, ce qui est très rare)
Ils sont à la recherche du sens, de l'exactitude, ont besoin de maîtriser les choses, c'est primordial et source de beaucoup d'angoisses.
Ils aiment aussi manier les mots, ont de l'humour.
Du coup, les remarques qui leur sont faîtes sont prises comme des jugements absolus sur eux et leur valeur.
Ils sont très sensibles à l'injustice sous toutes ses formes, veulent avoir le dernier mot, discutent tout, remettent toutes les règles et conclusions en question.
L'enfant HP n'arrive à apprendre que s'il en perçoit le sens. C'est un questionneur insatiable (pourquoi, et pourquoi du pourquoi...)
Il va avoir également un grand doute de ses capacités et un regard sur lui-même acéré.

Tout ça va créer un décalage, un décalage de sa perception des autres, mais également un décalage de la perception par ses camarades qui ne vont pas le comprendre. Cela va entraîner souvent un manque d'estime de soi, une mise à l'écart mais aussi du harcèlement. (Ce fût le cas pour ma grande)
La plupart de ces enfants ont aussi souvent un retard d'écriture. Il va moins jouer avec les autres, se satisfaisant de jeux solitaires.

IMG_5226


Ces enfants ont des besoins éducatifs particuliers, d'où la nécessité d'un dépistage pour mieux les accompagner. Ils ont des risques plus élevés d'échecs scolaire, de refus scolaire, de troubles affectifs ou de comportement réactionnels. Leur souffrance est importante mais non reconnue et non accompagnée.

PROBLEMES RELATIONNELS : souffrance, manque de persévérance, abandon, dépression agressivité
ATTEINTE ESTIME DE SOI : angoisses
EVITEMENTS : rêveurs, inattentif, passif, non concerné, inorganisé, "paresseux".

Attention, j'attire l'attention que pour certains, il n'en est rien de tout ça, ce sont juste des troubles et des comportements possibles que ces enfants, plus sensibles que les autres, ont le plus de chance de développer, car non ou mal compris, et donc pas accompagnés.
Quand on parle d'Enfant Intellectuellement Précoce, cela n'a rien à voir avec de l'élitisme. On n'est pas dans une démarche d'identification de génies ou de prodiges. Il s'agit de prendre en compte les besoins éducatifs particuliers d'enfants ayant un fonctionnement différent afin d'éviter de les mettre en situation de souffrance ou d'échec, en dépassant d'éventuels préjugés.
Il est question de bienveillance, de reconnaissance de différences, d'acceptation et d'équité.

Peut-être (et j'ai des noms en tête) certaines personnes se reconnaîtront.
Merci de m'avoir lu.